Productions chorégraphiques

© Justine Komé & Betty Tchomanga

Leçons de Ténèbres

Betty Tchomanga

Leçons de ténèbres. Chorégraphie Betty Tchomanga. Photo Justine Komé & Betty Tchomanga

Les leçons de ténèbres sont un genre musical liturgique du XVIIe siècle qui met en musique, sous une forme de polyphonie vocale, des extraits du texte des Lamentations de Jérémie qui pleure la destruction de Jérusalem.

Les leçons de Ténèbres que je crée aujourd’hui pleurent, elles, une autre destruction : celle de la Terre.

Dans son essai Une écologie décoloniale, Malcom Ferdinand propose une nouvelle façon d’aborder la question écologique en la mettant en lien direct avec l’histoire coloniale. Il fait apparaître la figure du navire et plus particulièrement celle du navire négrier comme une métaphore politique qui raconte une autre histoire du monde et de la Terre. Le navire contient alors des possibilités de rencontre et de circulation de croyances, de pensées et d’imaginaires.

Cette métaphore entre en résonance avec mes recherches sur le mythe de Mami Wata et le vaudou (système de croyance qui s’articule autour des quatre éléments terre, eau, feu et air ainsi que de l’opposition lumière/obscurité). 

À l’instar du navire de M. Ferdinand, Leçons de Ténèbres mêle des images, des imaginaires, des croyances issues de cultures dominantes et dominées.

Dans cette pièce, quatre corps se font les porte-voix et porte-traces d’histoires du monde et de la Terre. Il et elles déterrent des récits : ceux qu’on ne voudrait pas voir, que l’on a oublié, que l’on a voulu faire disparaître. Ces quatre personnes creusent, corps courbés, penchés jusqu’à faire surgir l’invisible. Jusqu’à ce qu’elles-mêmes se transforment, disparaissent et se métamorphosent. Tour à tour il et elles défient, témoignent, assistent, protègent, soutiennent et font apparaître des visions.

Ces quatre corps sont chevauchés par des forces qui les relient, agitent leurs poitrines. Elles se gonflent et se dégonflent, donnent des coups, sont traversées par des impacts.

Elles ont des histoires à nous livrer, 

des peurs à partager, 

des images à brouiller, 

des masques à assembler,

des feux à convoquer.



DISTRIBUTION

Conception : Betty Tchomanga
Interprétation : Betty Tchomanga, Amparo Gonzalez Sola, Mackenzy Bergile et Zoé Jaffry (enfant)
Assistante à la création : Emma Tricard
Création sonore : Stéphane Monteiro
Création lumière et espace : Eduardo Abdala
Création costumes : Betty Tchomanga en collaboration avec Marino Marchand Régie générale et plateau : Emilie Godreuil
Consultantes travail vocal : Dalila Khatir et Viviane Marc
Administration de production : Aoza – Marion Cachan



DIFFUSIONS

2022
29 septembre 2022, Première : Le Pacifique CDCN de Grenoble
20 et 21 octobre 2022 : Les Subsistances, Lyon
18-20 novembre 2022 : Festival Alkantara, Lisbonne
23 novembre 2022 : BUDA, Courtrai, Belgique
1 au 3 décembre 2022 : ADC Genève, Suisse
7 et 8 décembre 2022 : TU Nantes
16 et 17 décembre 2022 : Kaaitheater, Bruxelles, Belgique



MENTIONS

Production Lola Gatt

Coproduction
Le Quartz, scène nationale de Brest. Centre Chorégraphique National de Caen, dans le cadre de l'accueil-studio.
Centre Chorégraphique National d'Orléans dans le cadre de l'accueil-studio. Le Pacifique - CDCN de Grenoble.
Les Hivernales - CDCN d'Avignon. Le Triangle - Cité de la danse de Rennes.
Coopération Nantes-Rennes-Brest-Rouen - Itinéraires d'Artiste[s]. wpZimmer - Anvers - Belgique.
Les Subsistances, Lyon. Be My Guest - Réseau international pour les pratiques émergentes,

Avec le soutien de :
Gessnerallee - Zürich - Suisse. Le Centre - Cotonou - Bénin, Kunstencentrum BUDA, Courtrai, Belgique.

Mécène :
SARL SICC Saint-André-de-Cubzac

Avec le soutien financier de la DRAC Bretagne, de la Région Bretagne, de la Ville de Brest, de l'Institut Français
et de la Caisse des Dépôts.

L’association Lola Gatt est soutenue par la Région Bretagne.

Betty Tchomanga est artiste associée au Quartz scène nationale de Brest et artiste accompagnée par le réseau Tremplin jusqu'en juin 2024

Leçons de ténèbres. Chorégraphie Betty Tchomanga. Photo Justine Komé & Betty Tchomanga